mardi 4 mars 2014

Que nous a-t-elle ramené de la bibliothèque de l'école ? #5

Bilan du mois de février 2014

Cette année, les prêts de la bibliothèque de l'école se font sur le week-end. Chaque enfant choisit un livre et le ramène chez lui le vendredi soir.
Contrairement à l'an dernier, où ils se faisaient sur la semaine entière, je n'aurai pas le temps de chroniquer comme je le souhaite ceux qui me plaisent. Alors je vais changer de système et faire un petit bilan mensuel des livres choisis par ma fille, qu'ils soient bien ou pas ! Histoire d'en garder un souvenir...

Ce mois-ci, un livre à vocation écologique pas du tout de son âge, et un conte hyper classique qu'elle n'aime pas... Drôles de choix ! J'assume et j'en parle quand même ;-)

Tout d'abord :

★ "Pestoune des Pyrénées" de Claude K. Dubois et Colette Hellings


"Pestoune des Pyrénées" de Claude K. Dubois et Colette Hellings

"Quand le printemps arrive, Pestoune retrouve Papillon. Malheureusement, dans les Pyrénées, l'être humain prend de plus en plus de place. Le couple d'ours doit surmonter de nombreux obstacles pour concevoir Pâquerette, magnifique petite ourse. Elle grandit près de sa mère attentive et tendre jusqu'au jour où elle devra partir puis, à son tour, mettre au monde des oursons... si toutefois, il reste encore un ours en vie!"

J'avoue avoir été très étonnée à la lecture cet album qui n'est pas du tout de l'âge de ma fille puisqu'il est préconisé pour des enfants de 7 à 10 ans... J'ai commencé à lui lire, et je me suis vite arrêtée... Par contre, j'ai continué de mon côté et j'avoue que je l'ai refermé avec une sensation très étrange, difficile à définir. Beaucoup de tristesse et de fatalisme...

"Pestoune des Pyrénées" de Claude K. Dubois et Colette Hellings

Papillon, un ours brun mâle des Pyrénées, sort de son hibernation et part rejoindre Pestoune pour s'accoupler. En chemin il croise les hommes, leurs routes et leurs engins, qui détruisent la forêt. Après avoir eu peur et s'être caché, il retrouve finalement la femelle ours. Ils s'enfoncent tous deux dans la forêt profonde mais, même là, l'homme a laissé sa trace avec ses déchets. Papillon et Pestoune s'unissent puis se séparent. Ils se retrouveront dans deux ans.
Pestoune, désœuvrée par l'intrusion de l'homme dans sa tanière, réussi à mettre au monde une jolie petite "Pâquerette", dont nous allons suivre la croissance et les apprentissages jusqu'à ses deux ans. Lorsque Pestoune repart retrouver Papillon, ce dernier est mort, tué par des braconniers. Puis, vient le temps pour Pâquerette de quitter sa mère et de perpétuer sa race "Si toutefois, il reste encore des ours en vie !"...

Cet album à caractère écologique est très instructif et en même temps très noir. On y apprend la dure vie de l'ours des Pyrénées dont l'habitat est menacé. Les mots sont sans équivoque, durs et précis. Même les illustrations au crayon et à l'aquarelle, pourtant très belles, sont mélancoliques et tristes. Je comprends la volonté des auteurs mais, à mon sens, il manque un brin de poésie ou de positivisme pour rendre cet album moins funeste. 
Il a pour mérite d'alarmer l'enfant sur l'importance de la préservation de l'habitat naturel des animaux.

Pestoune des Pyrénées
Texte de Colette Hellings
Illustrations de Claude K. Dubois
Publié en 1994 par l'école des loisirs, dans la collection Archimède
Âge : 7 à 10 ans

Ensuite :

★ "La princesse au petit pois", conte d'Andersen, illustré par Camille Semelet


"La princesse au petit pois", conte d'Andersen, illustré par Camille Semelet

"Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse..."

Une princesse avec une couronne et une robe rose, il n'en fallait pas plus pour que cet album fasse partie de la sélection de ma fille. Qui ne connaît pas ce célèbre conte d'Andersen ? C'est une version très classique que nous présente cet album.

"La princesse au petit pois", conte d'Andersen, illustré par Camille Semelet

Nous retrouvons donc le prince qui cherche une vraie princesse. Après avoir critiqué toutes celles qu'il croisait, le hasard fit frapper à la porte de son château une jeune fille trempée qui se prétendait princesse. Pour vérifier ses dires, la reine la fit dormir dans un lit couvert de 20 matelas et 20 édredons, sous lesquels elle plaça un petit pois. La jeune fille se réveilla meurtrie car durant son sommeil quelque chose l'avait gêné... Preuve était faite qu'elle avait la peau délicate d'une vraie princesse.

Ce n'est pas forcément mon conte préféré, loin de là, ni celui de L.L., d'ailleurs, qui ne le comprend pas. De plus, les illustrations ne sont pas forcément à mon goût.

La Princesse au petit pois
Conte d'Andersen
Illustrations de Camille Semelet
Publié en 2002 par les éditions Nathan dans la collection "Les petits cailloux", il a été réédité en 2006 mais le stock est épuisé.
Âge : A partir de 3 ans

A la maison, nous avons la version adaptée par Anne Royer et illustrée par Charlotte Gastaut que je préfère largement pour la modernité de son traitement.

"La princesse au petit pois" adapté par Anne Royer, illustré par Charlotte Gastaut

La princesse au petit pois
Adaptation de Anne Royer
Illustrations de Charlotte Gastaut
Publié en 2009 par les Éditions Lito dans la collection "Minicontes classiques"
Âge : A partir de 3 ans


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ci-dessous, ça fait toujours plaisir ;-)
Et bien sûr, vous pouvez suivre l'actualité du blog sur Facebook, Twitter, Hellocoton ou Pinterest !

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec vous...Même si le livre pour enfant peut et doit aborder des thèmes parfois difficiles, je pense qu'il ne doit pas laisser l'enfant sur un sentiment de tristesse ou d'inquiétude lorsqu'il referme le livre. (point de vue très personnel !)

    J'aime beaucoup le travail de Charlotte Gastaut également ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement ! Même pour moi, un album ou un livre qui m'interpelle ou me déstabilise, sans me donner de clé ou un minimum d'espoir, me laisse toujours un goût "amer", une sensation d'impuissance... Alors j'imagine pour un enfant...

      Supprimer
  2. J'adore la Princesse au petit pois, ce conte est génial (mon fils n'est pas fan).
    Pestoune des Pyrénées a l'air assez triste, tu me fais penser qu'un ami a offert une fable écologique à mon fils et que nous ne l'avons toujours pas lue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ta fable est plus gaie que Pestoune ! Une future chronique en perspective j'imagine ;-)

      Supprimer
  3. Je suis une très grande fan de la Princesse au petit pois et j'aime beaucoup votre version (parce que c'est vrai que la première a l'air triste). En ce qui concerne Pestoune des Pyrénées, il semble effectivement bien sombre et pessimiste. Je comprends l'importance d'alerter nos enfants sur les sujets écologiques et la préservation des espèces mais il y a un âge pour tout. Dans ce genre il y en a un que j'aime beaucoup, je ne sais pas si tu connais : http://www.bibliotheque-clementine.com/2013/05/lhomme-qui-plantait-des-arbres-version.html Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La version de "La princesse au petit pois" illustrée par Charlotte Gastaut est très jolie.
      Concernant "L'homme qui plantait des arbres ", non je ne connaissais pas ce livre. Cette fable écologique a l'air pas mal du tout ! Je me la note ;-)

      Supprimer
  4. Je suis d'accord avec toi en ce qui concerne les illustrations de La princesse au petit pois (illustré par Camille Semelet) !!! Je suis pas fan !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va dire qu'il en faut pour tous les goûts ;-)

      Supprimer